Menu
Menu

Verax, Pratap Chatterjee & Khalil Bendib

Verax – « Celui qui dit la vérité »

C’est inquiétant ! Il s’agit d’un roman graphique que j’ai lu en continuité de 1984 : et bien je peux vous le dire, le livre d’Orwell n’a plus rien d’une dystopie… 

Saviez-vous que dans le monde, au moment où je vous parle même, des innocents sont victimes d’attaques de drones militaires ? Savez-vous que vos appareils électroniques (téléphones portables, ordinateurs) peuvent être tracés, écoutés, que d’éminents scientifiques planchent sur comment intégrer des techniques d’espionnage à votre télévision par exemple ?

Et même qu’il se joue une véritable bataille sous l’Atlantique pour intercepter nos communications et nos données personnelles dans les énormes câbles réseaux au fond de l’océan?

Que cette course folle à l’espionnage de masse amène certains à aller loin, trop loin, cela fait peur, que ça soit des pays occidentaux qui prônent la liberté individuelle et le respect des droits de l’homme qui pratiquent ce genre d’abus est encore pire…

Et je ne vous parle pas des lanceurs d’alerte qui sont jetés en prison alors que leur but est justement d’éviter ces dérives, de mettre en garde sinon l’opinion publique au moins leurs supérieurs…

Saisissant !

Pratap Chatterjee est un journaliste d’investigation engagé, il fait également partie de la CorpWatch, un groupe de recherche basé à San Francisco dont la mission est de fournir aux décideurs, aux médias et au grand public des articles, rapports et données sur les violations commises par les  multinationales…

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur…

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : Verax – pseudonyme d’Edward Snowden
En latin : « Celui qui dit la vérité »

Après les attentats du 11 septembre 2001, les services de sécurité américains (CIA, NSA, FBI…) se lancent dans une course folle à la surveillance de masse.

À travers une enquête journalistique édifiante, Veraxdévoile le fonctionnement des grandes agences de renseignements et dénonce les dérives du complexe militaro-industriel américain, comme l’utilisation abusive des drones qui tuent chaque année des centaines d’innocents.

Verax est aussi un hommage aux lanceurs d’alerte : ces hommes et ces femmes, au péril de leur vie, n’hésitent pas à révéler les excès qui mettent à mal les fondements de la démocraties et soulignent à quel point il est urgent d’éveiller les consciences.

Un roman graphique terrifiant mais nécessaire. 

citation Verax

Étiquettes : , ,