Les durs à cuire, Charlye Ménétrier McGrath

Les durs à cuire

C’est une lecture rock’n’roll !

L’histoire de cette famille loufoque et décalée a été pour moi une petite bouffée d’oxygène.

Sixtine est une mère de famille accomplie, mais n’a jamais pu réellement « régler ses comptes » avec ses parents.

Deux rockers qui ont un peu délaissé leur enfant pour se consacrer à leurs carrières respectives dans la musique, confiant la garde de cette dernière à des grands-parents pour le moins coincés.

Forcément Sixtine a toujours été tiraillée entre ces deux univers complètement opposés, punk et bourgeois, mais elle a réussi malgré tout à se construire (avec ses failles : un peu trop stricte avec ses filles, maniaque du ménage…), elle s’est surtout éloigné de la célébrité de ses parents et vit une vie de famille calme et bien ordonnée.

Mais aujourd’hui est un jour nouveau : elle va devoir héberger son père qui sort de l’hôpital et recevoir sa mère en même temps.

Ces deux-là, depuis qu’ils sont séparés, s’entendent comme chien et chat. Ils ne sont pas non plus les derniers pour se faire remarquer !

C’est un cataclysme dans la tête de Sixtine, qui va devoir composer et redéfinir de nouvelles relations avec ses parents pendant que ses filles tisser des liens avec leurs grands-parents…

Gratitude, reconnaissance, pardon et rock’n’roll : voilà une lecture posée là sans chichi !

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : Sixtine, 40 ans, mariée, deux enfants et bourgeoise par excellence, est au bord de la crise de nerfs lorsqu’elle se retrouve contrainte d’héberger ses parents. Leurs rapports se limitent au strict nécessaire depuis qu’elle est adulte et pour cause, elle est la fille de deux ex-stars du punk. Grands-parents déjantés versus fille quadra bien rangée (et même un peu coincée), la maison est à deux doigts d’exploser.

Mais pour Constance et Clémence, les deux filles de Sixtine, cette cohabitation tombe du ciel…

Rébellion générationnelle à tous les étages !

Autres posts