Menu
Menu

Nous, les magnifiques, Julie de Lestrange

Dans le « flow » de la vie…

Je n’ai pas lu les deux premiers romans qui viennent avant celui-ci « Danser, encore » & « Hier encore, c’était l’été » : est-ce un problème ?

C’est la couverture du livre qui m’a interpellée avant de lire le résumé en quatrième de couverture.

Mais c’est finalement trompeur car je n’y ai pas trouvé ce que j’imaginais correspondre à l’image : ce n’est pas un roman qui parle de jeunesse, d’été, d’insouciance (bien que je comprenne l’idée du « grand saut », du bain de la vie qui peut être aussi parfois une belle machine à brasser…).
C’est plutôt le roman d’une période de vie, de la maturité d’un couple, lorsque le doute vient s’immiscer dans un quotidien peut-être « trop » bien rodé, dans un flux de vie qui lui aussi peut sembler trop rapide.

C’est léger, la vie tout simplement. J’aurais certainement dû lire les premiers tomes afin de me sentir plus imprégnée par les personnages du roman mais ce n’est pas une obligation : on peut tout à fait lire ce livre indépendamment des deux autres.

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur…

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : Alexandre a réussi.

Il partage son temps entre son métier, sa famille et des projets qui fourmillent.

Dans cette course effrénée, il ne voit pas que son monde se délite, petit à petit.

C’est l’histoire d’un homme qui pensait tout connaître de l’existence.

C’est aussi l’histoire de Marco, Claude, Anouk et Sophie.

De ces  amis que l’on garde pour la vie,

et de nos défaites, dont jaillissent les plus grandes espérances.

Étiquettes : ,