Et même l’enfer c’est pas grand-chose, Bruno Lus

Et même l'enfer c'est pas grand-chose

Lucie vit seule avec sa mère, dans une cité qui pourrait aussi bien être n’importe laquelle.

En bas les rodéos des scooters, les petits deals et les trainards qui squattent la place du matin au soir… 

En haut dans l’appartement de Lucie et Juliette les mêmes rengaines assassines en boucle : un répertoire de musique des années 80 que connaît par coeur Juliette. Elle se rêvait star avec strass et paillettes mais elle n’est qu’une mère alcoolique, désoeuvrée, qui peine à s’occuper de sa fille.

D’ailleurs, c’est plutôt Lucie qui s’occupe d’elle, la ramassant au gré de ses humeurs.

Le frère ainé, lui, a fui l’appartement familial, il a un bagage culturel, il essaie de se construire loin, différemment.

Lucie a fait une connerie au collège : elle a mordu un de ses camarades (un bout d’oreille arraché « à la Mike Tyson »), elle a une bonne raison : le mufle a diffusé un montage bidon sur les réseaux.

En attendant, c’est elle qui doit passer en conseil de discipline et d’ici là elle est exclue…

Une de ses profs veut l’aider, mais Julie est un petit animal blessé qui ne veut pas de cette compassion mielleuse.

Et puis, le père du gamin ne veut pas en rester là : il demande à la mère de Lucie de payer une certaine somme sinon il portera plainte.

Bref tout est cata, sur fond de fin du monde…

Nous sommes dans ce laps de temps, un temps qui devrait être celui de l’attente et qu’il faut donc tuer consciencieusement.

Bruno Lus va le tuer ce temps, et comment ! Le langage est celui de Lucie, il est celui de la rue, sans concessions, vrai… Et en même temps sacrément désespérant… Y a-t-il un point de fuite dans ce paysage morose ? Pas sûr.

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : La sonnerie du collège retentit. Lucie, 13 ans, arrache d’un coup de dents un bout de l’oreille d’Enzo, un camarade de classe qui a posté sur Facebook un répugnant montage d’elle. Le sang coule. Et la sentence tombe  : elle est exclue de l’école. Ça ne suffit pas pour le père d’Enzo qui se présente au HLM de Lucie et de sa mère célibataire Juliette. Il leur réclame 1 000 euros, sinon il portera plainte pour agression.

Lucie veut régler sa dette. Le temps d’un été fiévreux, elle erre dans sa banlieue et cherche les moyens d’y parvenir. Autour d’elle, personne ne semble pouvoir l’aider : ni sa mère qui ne rêve que de chanteurs de variété et de jeux télévisés, ni son frère parti faire ses études à Paris, ni son petit copain Jordy qui ne pense qu’au sexe. Et encore moins Esther, la SDF fumeuse de crack, ou Dzaz, l’inquiétant vendeur de kebabs… Lucie ne peut compter que sur elle-même.

Bruno Lus nous offre un roman poétique et brutal, où violence physique et sociale se télescopent, sur l’horizon bouché de ceux qui ne sont pas nés où il faudrait. Porté par une oralité cinglante et une bande-son pop, ce texte résolument moderne met en scène des jeunes adolescents livrés à eux-mêmes dans un monde qui ne cherche plus à les comprendre. À un âge où l’existence numérique prend le pas sur la vie réelle, dans un milieu où la drogue apparaît comme la seule échappatoire, Lucie cherche la lumière.

Et même l'enfer c'est pas grand-chose citation

Étiquettes : ,

Autres posts