Menu
Menu

Autopsie d’un drame, Sarah Vaughan

⇝ Glaçant ⇜

Je voulais commencer par dire cela car c’est une réalité qui se retrouve dans les chiffres implacables : chaque année, rien qu’en France, des dizaines de milliers de mineurs sont victimes de maltraitance… 2 enfants meurent chaque semaine et c’est insupportable d’y penser…

Dans son livre Autopsie d’un drame, Sarah Vaughan a travaillé autour de ces thématiques : la maltraitante infantile, la négligence (qui peut elle aussi faire des ravages puisque la sécurité, le développement et le bien-être de l’enfant ne sont plus assurés).

Elle explore la charge mentale, énorme chape de plomb qui pèse sur les épaules des femmes, et la dépression post-partum qui touche sans distinction.

Elle sonde aussi les liens : qu’ils soient familiaux avec son conjoint, ses enfants ou amicaux (à travers le prisme d’un quatuor maternel, 4 amies qui vivent la maternité de manière différente mais se retrouvent autour des difficultés qu’elles rencontrent).

Cela l’auteur le porte dans son roman parce qu’elle a rencontré des experts (sociaux, médicaux, juridiques ou associatifs) dont c’est le quotidien professionnel, ce qui donne évidemment beaucoup de crédibilité à l’intrigue.

Tout commence lorsque Jess amène son bébé aux urgences pédiatriques : la petite est victime d’un traumatisme crânien. En un instant tout va basculer : Jess passe du statut de mère parfaite à celui de suspecte…

Évidemment ce n’est pas si simple, Sarah Vaughan va prendre des détours et nous mener par le bout du nez…

Retrouvez plus de détails sur le site de l’éditeur…

𝗥𝗲́𝘀𝘂𝗺𝗲́ : Jess, mère au foyer, fait preuve d’une grande dévotion envers ses trois enfants, qu’elle chérit et protège à tout prix. C’est du moins la façon dont Liz, son amie depuis dix ans, la perçoit.  Mais le doute s’installe lorsque Jess se rend aux urgences pédiatriques où travaille Liz. Dans ses bras, sa fille Betsey, âgée de dix mois, présente tous les signes d’un traumatisme crânien. Jess, d’ordinaire si soucieuse du bien-être de sa famille, semble étrangement distante et peu concernée par la situation, et ses explications ne collent pas avec  la blessure de l’enfant. Liz s’interroge sur les réelles motivations de son amie. Pourquoi a-t-elle attendu  aussi longtemps avant de se rendre à l’hôpital ?  S’agit-il vraiment d’un accident, comme elle l’affirme ?  Un drame psychologique brillamment tissé qui sonde  les enjeux de la maternité, de l’amitié et interroge  ce qui nous lie ou nous sépare.